61
Par anonyme / lundi 26 octobre 2015 11:47 / France - Sotteville-l?s-rouen
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  LMC8  |  50

Je conçois que ce ne soit pas facile à faire mais un "Anh non, désolée mais ce jour-là je pars faire un cit- trip et j'ai déjà réservé l'hôtel et/ou le billet d'avion/de T.G.V et c'est non remboursable!" ça ne passe pas?

Répondre
  Paasc  |  20

Je suis d'accord avec toi. Mais nous avons des droits et il faut aussi montrer que, malgré le statut d'employé, nous avons une forte personnalité et nous ne laissons rien passer. Sinon, c'est la porte ouverte à tous les abus. Après, je suis dans le monde de la restauration. C'est plus rude et j'avoue ne pas exactement savoir comment ça se passe dans des établissements plus conformes :)

Par  pieterv06  |  19

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Marinaxel  |  37

Peu importe ! Tu ne décales pas le jour de congé de ton employé pour ton petit plaisir perso ! Ma chef faisait ça tout le temps, alors qu'elle n'était même pas patronne, juste chef de boutique !

Répondre
  wolfi2407  |  29

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  S_Ramstrom  |  26

Le patron peut, sous conditions, modifier les dates de vacances déjà posées D'abord, il doit en avertir son salarié au minimum trente jours avant la date prévue. Ensuite, il doit justifier de bonnes raisons. Des motifs qui relèvent du bon fonctionnement d'un service, de l'ordre de l'imprévu ou d'un état de nécessité. Par exemple un déménagement inopiné des locaux, un accident qui exige la mobilisation des équipes. Il ne peut pas, en principe, changer les dates de congés moins de 30 jours avant le départ en vacances du salarié, sauf en cas de circonstances exceptionnelles : par exemple, l'arrivée d'une commande inattendue capable de sauver l'entreprise si celle-ci est en difficulté. En revanche, il ne peut invoquer ces exceptions pour contraindre un salarié qui n'a pas encore posé ses dates, à prendre brusquement ses congés. Selon Jean-Baptiste Martin, avocat, spécialiste du droit du travail au cabinet Proskauer Rose. Donc, pour résumer, la hiérarchie est également soumise à la loi et le patron n'avait pas le droit de faire ça.

Répondre
  KessM  |  51

Je n'aurai pas dit mieux, étant dans le milieu du droit au travail, je ne peux que te donner la note de 19/20. Oui la perfection n'existe pas. Ce genre de commentaire m'exaspère "il n'avait qu'à être patron"; "depuis combien de temps lui n'en a pas pris"... Premièrement, on ne devient pas patron pour emmerder ses employés et faire ce que l'on veut. Si cela est ton cas alors, tu n'as rien compris au monde du travail. Il ne faut pas oublier qu'un employé N'EST PAS soumis à son patron et qu'une entreprise peut fonctionner sans tous ces responsables alors qu'à l'inverse, sans ouvriers, une entreprise ne peut pas fonctionner. Deuxièmement, lorsque l'on ouvre une société, la première règle à savoir et à accepter est que tu dois consacrer ta vie à ton entreprise, faire des concessions. TOI patron, tu es marié à ton entreprise, PAS tes employés! C'est à toi de faire des sacrifices pour ton boulot, PAS à tes employés. Un patron qui vient nous sortir ce genre d'absurdité, on lui conseille de revendre son entreprise à quelqu'un de compétent et d'aller pointer à Pole Emploi...

Chargement…