52
Par Muratta - / vendredi 29 décembre 2017 18:00 / France - Versailles
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  fleche11  |  27

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Commentaires
Par  le barbare  |  83

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  fleche11  |  27

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  le barbare  |  83

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Mouster  |  49

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  TofVW  |  41

"voir de la maltraitance dans la fessée ça n'est pas exagéré"
Ah si si, c'est parfaitement exagéré, tout comme les soi-disant conséquences aux fessées que tu listes (source: TF1?). En tout cas ça m'a bien fait marrer.
Enfin, j'ose espérer que tu faisais de l'humour (c'est tellement absurde, ça ne peut être que ça). Sinon, vu que probablement 99,9% des gens ayant vécu sur Terre se sont pris au moins une fessée dans leur enfance, on se serait déjà tous entretués.

Répondre
  Mouster  |  49

Ma source : Psychologie du Bien et du Mal, de Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale à l'université grenoble Alpes. Plus précisément le chapitre 5, basé principalement sur des études de Hoffman. Je pourrais te citer d'autres sources, mais ça m'étonnerais que tu prennes la peine de les consulter, vu qu'apparemment les nombreuses recherches scientifiques montrant les effets néfastes de la violence physique infligée aux enfants comme méthode d'éducation ne représentent aucun intérêt à tes yeux. Pour l'aspect soit disant absurde de mon commentaire, tu devrais peut être essayer de trouver d'autres arguments que des moisissures argumentatives comme l'appel au peuple (invoquer le grand nombre de personnes qui adhèrent à une idée) pour espérer obtenir une once de crédibilité dans tes propos.
Et bien sûr, se prendre des fessées dans son enfance ne prédestine pas à subir tous les désagréments que j'ai listé, ça prédispose juste, il y a une grande différence, mais c'est tout de même assez triste.

Répondre
  Passote  |  7

"Châtiments corporels"...Je me demande quelle enfance vous avez eue et je vous plains sincèrement si celle-ci était violente...mais il n'est pas question de punir l'enfant avec de la violence ! 

Châtiments corporels, mais dans quel monde vivez-vous pour confondre fessée et châtiment ? Ce sont deux mots complètement différents. Vous vivez dans 1984.

Répondre
  Mouster  |  49

Il ne faut pas s'offusquer pour le mot châtiment corporel, la fessée consiste à donner des coups sur les fesses en guise de punition (qu'on approuve ou non), et un châtiment est une punition, c'est juste le terme approprié. Après c'est sûr qu'il y a différent degrés de châtiments corporels, la fessé c'est léger, mais bien sûr ça englobe aussi les coups plus violents dans des contextes bien plus larges que la famille.

Répondre
  Ossement  |  8

Cela provoque des troubles de la mémoire, une diminution des facultés intellectuelles, un comportement agressif et impulsif chronique, des rhumes fréquents, une diminution de la résistance aux maladies, des tremblements des mains, des douleurs nerveuses, des troubles de la sexualité (impuissance), sensibilité réduite, des dommages musculaires, des fourmillements, des douleurs, des inflammation des nerfs, un vieillissement de la peau, des risques d'hypertension et un risque d'inflammation des articulations.
Là, j'ai cité des effets négatifs RECONNUS de l'alcool. Est-ce qu'il y a des commentaires de ce genre sur les VDM traitant d'alcool? Est-ce que des types tapent des scandales dans la rue ou à des repas en voyant une bouteille d'alcool ou en voyant une personne boire un verre? Non. Et pourtant, ça TUE des gens tous les jours. Et une fessée, donnée dans l'enceinte d'une maison à titre éducatif, ça a jamais tué.
Donc arrêtez un peu de péter un plomb en mélangeant "fessée" et une personne qui bat ses enfants. Une fessée est un geste dérisoire, on se fait largement plus mal en se prenant un meuble ou un coup sur le visage. Relativisez, décoincez les fesses et prenez une bouffée d'air.

Répondre
  #Milane  |  11

Mes parents nous ont elevé à la "dur" les frères et moi. Aujourd'hui nous ne buvons pas , ne fumons pas, n'avons jamais fait de tentatives de suide, n'avons jamais mis les pieds dans une cellule et j'en passe....
D'accord une repetiton systematique et abusive de chatiments corporels peut entrainer des traumatisme enfantin qui se repercute une fois adulte. Mais delà à qualifier la fessé comme une sentance medieval... mais serieusement...

Répondre
  LAlbert11  |  22

Personnellement, je trouve qu'apprendre aux enfants que pour obtenir ce qu'on veut, on peut utiliser la violence ou les punitions physiques, ce n'est pas le meilleur moyen d'en faire des adultes responsables et diplomates.

Et citer des cas précis pour prouver une généralité n'est en rien raisonnable. D'ailleurs, je n'ai jamais reçu de fessée et je ne suis pas un délinquant, jamais la moindre contravention et parcours scolaire exemplaire. Mon frère s'est pris quelques fessées, il a déjà passé la nuit au poste à plusieurs reprises, fait n'importe quoi et ne respecte personne. Alors bon...

Mais, ceux qui disent que ça n'a pas d'effet en arguant de l'universalité de la méthode sont-ils conscient qu'ils observent peut-être les effets tous les jours sans faire le rapprochement? Dans une cours de récré, quand un différent éclate, quelle est la première méthode de résolution utilisée? Il me semble que c'est bien la violence.
Si on apprenant, dès le plus jeune âge, qu'en cas de conflit (et une bêtise est bien un conflit entre l'autorité parentale et l'enfant) il faut utiliser la logique et la réflexion, peut-être aurions-nous moins de violence et plus de dialogue.

Répondre
  Squall267  |  4

Sources: Henri Laborit, Gueguen, Miller, Lowen, Filiozat, Lévine, Salmona...

Le tout appuyé par des centaines de publications scientifiques et l'état du monde actuel (qui ne va pas très bien alors que les violences envers les enfants sont la norme dans le monde).

Mais bon, si vous pouvez démontrer que l'inhibition de l'action ça fait du bien, allez-y.

Répondre
  Squall267  |  4

"Et une fessée, donnée dans l'enceinte d'une maison à titre éducatif, ça a jamais tué."

Il y a des fessées qui tuent, de même qu'il y a des viols qui tuent.

Si "tout va bien", si tant est qu'on peut dire que tout va bien quand on se fait frapper ou violer, le mécanisme de dissociation traumatique se met en place et permet de survivre (avec ensuite les conséquences que la personne et la société devront supporter)

Quand même ce mécanisme est dépassé, on meurt de stress.

C'est de la physiologie et de la traumatologie de base. Ce sont toujours les plus ignorants qui l'ouvrent.

Et si vous étudiez un peu ou laissiez le sujet aux experts?

Répondre
  TofVW  |  41

Et bien sûr, rappelons que lorsqu'on écoute du Metal ou que l'on joue aux jeux vidéo, on devient SYSTEMATIQUEMENT (j'insiste sur le mot) un psychopathe qui va aller tirer à l'AK-47 dans une école avant de violer les cadavres des enfants et de manger les maîtresses (ou l'inverse, je ne sais plus).
Si si, on vous dit qu'il y a des études!

Répondre
  Luluberlu9  |  19

Ton commentaire est d'une absurdité! Depuis quand la fessée induit à passer la nuit au poste et avoir des problèmes de drogues??? J'ai pris quelques fessées, et je n'ai jamais eu d'ennuis avec la police ou bien provoqué des bagarres à l'école. Et je peux te donner plein d'autres exemples d'amis ou de connaissances, qui vivent très bien leur vie et qui savent parler s'ils ont un problème.

Répondre
  Ivy  |  44

Tu vois bcp de gens boire contre leur grès? Tu vois beaucoup d'enfants demander à être frappé de leur plein grès ? bon...

Répondre
  Passote  |  7

J'ai tapoté la main de mon enfant qui voulait toucher le four chaud...on m'a accusé de torture. Alors, je l'ai laissé toucher le four chaud. Ça a fonctionné, il ne le touchera plus. :)

Répondre
  LAlbert11  |  22

Depuis quand toucher le four est une bêtise? On ne puni pas un accident ou un manque d'expérience!

Si un enfant fait mine de toucher un four, chez moi on lui explique que c'est brulant, on lui montre la chaleur dégagée. Le punir parce qu'il ignorait que c'est dangereux, c'est complètement idiot.

Répondre
  Chloé Gury  |  4

Je n’ai pas interpréter le fait de tapoter la main de son enfant qui va toucher le four comme une punition mais comme un geste rapide pour l’empêcher de se brûler, bien sur qu’on lui explique mais le laisse t on se brûler sans rien faire ? N’interpréter pas trop vite les réactions des autres personnes à l’aide d’arguments pédagogiques sur l’éducation... ?

Répondre
  Squall267  |  4

Il est plus difficile d'intervenir d'urgence en tapotant la main (en risquant en plus de l'appuyer sur le four) qu'en éloignant l'enfant tout simplement.

L'enfant est censé être sous la responsabilité de l'adulte, si en plus il doit se faire punir parce que l'adulte a failli, ça devient grave.
Et si le seul moyen de sauver un enfant d'un danger est de recourir à la violence quelle qu'elle soit ("je l'ai taclé à la gorge pour lui éviter de toucher la prise", autant y aller à fond), il va falloir ensuite être capable de réparer les conséquences de l'acte.

Qui sait faire ça ici? Qui y pense?

Répondre
  Squall267  |  4

Tout à fait. JJ Rousseau en a fait les frais et sa sexualité en a été gravement perturbée comme il le raconte.

Ce n'est pas le seul qui a besoin de fesser/se faire fesser et d'autres violences (porno, insultes..) lors de relations sexuelles. Hé oui..

Par  The Salty Lady  |  12

Alors je me suis prise qu'une claque dans la vie et j'ai déjà bue de l'alcool je fume et je suis dépressive à tendance suicidaire, mais faut pas déconner c'est absolument pas lié à la claque que j'ai pris dans mon enfance.
Par contre j'ai vachement bien intégré qu'il faut pas couper la parole =)

Répondre
  Squall267  |  4

Les violences éducatives (physiques et psychologiques) sont corrélées aux conduites addictives que vous décrivez et aux tendances à la dépression et aux suicides.

Le lien est démontré alors il faudra plus qu'un "faut pas déconner" face aux faits. :-(

Quand on a une enfance heureuse, qui se passe sous le signe de la bienveillance et de l'amour inconditionnel, on ne développe pas des comportements auto-destructeurs.

Désolé, mais il y a bien des sources à tout cela et une enfance difficile en fait partie.

Bon courage pour chasser vos démons et aller mieux mais pour cela, il ne faut pas exclure la responsabilité de vos parents mais s'ils vous ont soumise par la force au point que toute remise en question de leurs comportements soit impossible (ou se solde par un "bon je leur pardonne ils ne savaient pas" qui ne résout rien).

Par  Ralalah  |  27

Le jour où ma fille essaie de remplacer une punition par une autre, elle se retrouvera avec les deux, et ce sera bien mérité. Depuis quand c'est les enfants qui font la loi à la maison ?

Par  Sandrine Lannoy  |  5




SOCIÉTÉ

Interdiction de la fessée: "Une loi avant tout symbolique"

Par Propos recueillis par Anna Benjamin, publié le 30/12/2016 à 17:39 , mis à jour à 19:15


 
La fessée, c'est fini d'après la loi.

Depuis le 22 décembre 2016, donner un fessée ou une gifle à son enfant est interdit par la loi. Objectif: faire évaluer les mentalités et les comportements.

La fessée, c'est fini. Les parents ne sont plus autorisés à punir leur enfant avec ce châtiment corporel. Jeudi 22 décembre, le Parlement a donné son feu vert définitif, par un vote de l'Assemblée, au projet de loi Egalité et citoyenneté.  

TRIBUNE >> La fessée: "Quand on blesse l'enfant, il n'apprend pas" 

Désormais, le Code civil interdit les violences dites "éducatives ordinaires" (VEO) dans le cadre de l'autorité parentale. Plus précisément, l'article 68 du texte législatif détermine "l'exclusion de tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles" pour les enfants

Répondre
  carbone14  |  37

Attention, cette mesure a - heureusement - été censurée en janvier 2017 par le Conseil Constitutionnel. Les "Sages" ont estimé, à juste raison, que la fessée n'était pas de la torture et pouvait s'intégrer à des méthodes éducationnelles normales. Comme quoi il y a encore une once de bon sens dans ce pays !

Répondre
  carbone14  |  37

La raison invoquée par le Conseil Constitutionnel étant que l'amendement qui proscrivait l'interdiction de toutes violences corporelles était sans rapport avec l'objet principal de la loi.

Répondre
  Squall267  |  4

Sachant que l'on connaît les conséquences des coups sur les individus, surtout sur les enfants qui n'ont pas les moyens de riposter (ni de fuir= inhibition de l'action, sidération, dissociation traumatique au bout), c'est discutable.

Mais faisons comme si taper un enfant sur une zone intime était bénéfique. Imaginons que ça lui fasse du bien, que cela facilite ses apprentissages, que chaque famille apprécie ensemble ce moment de convivialité (comme les menaces, mises au coin, chantages et cie).

Faisons comme si.

Si on pouvait (faisons comme si) obtenir les mêmes résultats bénéfiques (une famille qui vit dans la bienveillance, une atmosphère familiale chaleureuse, douce..) sans coups.

Sans avoir à crier, hurler, taper, insulter, moquer, dénigrer ou que sais-je.

La question est, en imaginant que cela soit possible toujours, pourquoi s'accrocher à l'idée de pouvoir taper?

Si on pouvait faire sans les coups, sauf si on apprécie les coups pour eux-mêmes, sauf si on apprécie de pouvoir se défouler sur un gosse dont on sait qu'il ne ripostera pas (c'est safe), pourquoi continuer?

En 2017, bientôt 2018; les alternatives viables existent. Alors...

Par  taengoo0610  |  11

Je pense que considérer une petite fessée qu’on donne à un enfant parce qu’il a fait un bêtise comme étant de la maltraitance ou même comme un châtiment corporelle est un peu abusé c’est pas comme si ils allaient l’enfermer dans un four.

Chargement…