167
Par badtoubib - / mardi 22 décembre 2015 06:03 / France - Rouen
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  antoine75120  |  8

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Graou21  |  15

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Riki  |  30

Clair ! Les archéologues devrait embaucher des pharmaciens pour déchiffrer les antiques écritures à moitié bouffées par l'érosion. ^^ Enfin moi mon médecins imprime ses ordonnances. Je ne désespère pas un jour de le voir accepter les cartes bancaire afin de ne plus avoir à me trimballer mon chéquier.

Répondre
  antoine75120  |  8

@Graou21 : si les pharmaciens et les préparatrices en pharmacie qui assistent les pharmaciens n'ont pas envie de signaler et corriger les prescriptions pas adaptées, alors ils faut qu'ils changent de travail parce que c'est justement leur mission...

Répondre
  brunlich  |  61

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  luluine  |  16

Oui enfin on est quand même la pour vérifier la posologie et le dosage de l'ordonnance pendant la délivrance, c'est quand même l'une des bases de notre métier. Si la délivrance était aussi simple que lire et donner ce qu'il y a de noter sans vérifier bah y aurait pas de pharmacie ni de pharmacien et de préparateurs ... Le médecin est là pour poser un diagnostic et prescrire le médicament qui convient mais c'est aux pharmaciens et aux préparateurs de vérifier le reste, et puis le médecin est un humain comme les autres et l'erreur est humaine, et avec le nombre de patients qu'un médecin voit par jour une erreur peut vite arriver, même si les conséquences peuvent êtres graves quand l'on parle de la santé ...

Répondre
  antoine75120  |  8

Les infirmières sont essentielles pour notre santé mais elles ont un rôle différent du pharmacien. Leur formation en pharmacologie est moins importante que celle des médecins : Au moment d'administrer un médicament, elles doivent vérifier simplement que les doses ne sont pas aberrantes, et demander une confirmation au médecin en cas de problème. Le docteur en pharmacie a lui une formation en pharmacologie supérieure à celle du médecin, il doit donc faire un contrôle plus poussé : le médicament est-il cohérent pour la maladie ? Pas de contre-indications ? d’interactions ? Quels risques d'effets secondaires et comment peut-on les empêcher ? Le pharmacien partage avec le médecin la responsabilité d'une erreur de prescription. Il ne doit pas seulement demander une confirmation au médecin mais prendre des décisions (refus de délivrance si traitement pas adapté malgré la confirmation du médecin par exemple).

Répondre
  goupil  |  10

@antoine75120 : On a bien compris le malaise qu'il y a avec les médecins, et toutes les problématiques de ton métier. En fait les réponses qui nous intéressent vraiment maintenant sont celles que tu vas donner à Riki et la pandate. Le reste on s'en fout un peu ^^

Répondre
  Kilimandjaro  |  51

Mon endocrino s'est gouré une fois dans mon dosage de médoc (25 au lieu de 125, quand même...) contre mon hyperthyroïdie. Heureusement que j'ai tilté, parce que la pharmacienne n'était pas censée connaître mon dosage qui diffère d'un patient à l'autre. Elle a dû appeler le médecin pour avoir confirmation, car elle ne voulait pas me donner autre chose que ce qu'il était écrit sur l'ordonnance. Donc, non, ce n'est pas au pharmacien de réparer les erreurs du médecin. Il peut tilter sur des dosages extrêmes, mais c'est le médecin qui est normalement le plus à même de connaître le bon dosage pour son patient.

Répondre
  antoine75120  |  8

Disons que c'est un travail d'équipe : le médecin diagnostique et prescrit, le pharmacien par ses connaissances très poussées des médicaments vérifie que la prescription est adaptée. C'est pour ça aussi qu'il ne faut pas changer de pharmacie : ils ont l'historique de tous les médicaments délivrés et ils auraient vu tout de suite qu'il y a un problème : on ne passe pas de 125mg à 25mg comme ça.

Répondre
  Kilimandjaro  |  51

Chaque mois, mon dosage changeait, il n'était stabilisé que depuis peu. Et je venais de déménager, donc nouvelle pharmacie en sus ;) Le problème, c'est que dans bien des cas, le pharmacien doit s'en remettre à l'expertise du médecin. Là, sur ce coup, je vois pas comment ma pharmacienne aurait pu savoir que le dosage était mauvais, même avec l'historique de mes ordonnances. Un médecin spécialiste est quand même censé maîtriser les dosages des médicaments qu'il prescrit. Bon, dans mon cas, c'était une erreur d'inattention plus qu'une erreur de compétence. L'erreur est humaine, et je m'en suis rendu compte, donc tout va bien.

Répondre
  antoine75120  |  8

C'est plus compliqué que ça : le pharmacien doit s'en remettre à l'expertise du médecin concernant le diagnostic, car les pharmaciens ne sont pas formé à cet acte. En revanche une fois le diagnostic posé par le médecin, le pharmacien est qualifié pour s'assurer que le traitement est adapté par rapport à la maladie diagnostiquée. Du coup le travail du pharmacien ne se limite pas à corriger les erreurs d’inattention, il doit aussi contrôler le bien-fondé de la prescription, la cohérence globale du traitement. Même dans les hôpitaux, depuis quelques temps presque toutes les prescriptions sont revérifiées par des pharmaciens avant d'être administrées aux patients.

Répondre
  Kilimandjaro  |  51

Humm... Et dans mon cas précis, comment elle aurait pu vérifier le bien-fondé de ma prescription? Mon dosage est basé sur des prises de sang régulières dont les taux varient d'une fois à l'autre. Ce n'est pas aussi précis que "un tel pourcentage de truc dans le sang = 125 mg de machin". Mon médecin a mis presque un an à trouver le bon dosage. Ma pharmacienne aurait dû savoir rien qu'en regardant mon ordonnance que ce n'était pas le bon dosage?! Elle pouvait m'interroger, mais qu'est-ce que j'aurais pu répondre? En lui décrivant mes symptômes, elle aurait pu confirmer que les médicaments prescrits étaient les bons, mais en aucun cas savoir si mon dosage était adapté. Ce n'est pas aussi simple! Oui, le pharmacien est complémentaire du médecin, mais il ne peut pas détecter tous les problèmes de dosage. Je maintiens, un médecin est censé connaître les dosages de ce qu'il prescrit, sinon il ne les prescrit pas ou il se renseigne au préalable...

Répondre
  antoine75120  |  8

Le médecin est censé connaitre les dosages qu'il prescrit, mais les pharmaciens par leur formation plus poussée en pharmacologie les connaissent encore mieux. C'est pour ça qu'un pharmacien fait 6 à 9 ans d'études selon sa spécialité : à l’hôpital il a accès à tout le dossier du patient pour contrôler une prescription et l'optimiser s'il y a besoin. En pharmacie de ville, le pharmacien n'a pas le dossier médical du patient mais dans un cas comme le tien, la pharmacien aurait du appeler ton médecin pour demander tous les renseignements nécessaires (diagnostic, bilan biologique) pour s'assurer que le dosage prescrit par ton médecin était le bon.

Répondre
  Kilimandjaro  |  51

Ah bah je plains les pharmaciens s'ils doivent appeler les médecins à chaque ordonnance... Ils sont pas rendus, hein. Et je plains les médecins s'ils doivent recevoir à chaque ordonnance un coup de fil du pharmacien qui lui demande s'il a bien fait son boulot. Je crois que ce n'est pas la peine de continuer le débat. Pour moi, un médecin qui ne sait pas prescrire les bons dosages a un sérieux problème, et le rôle d'un pharmacien n'est pas de vérifier chaque ordonnance, mais de vérifier ce qui lui paraît incohérent. Sinon, ce n'est pas la peine que le médecin écrive les dosages sur les ordonnances, hein. Il suffit qu'il écrive le nom du médoc, et vas-y, pharmacien, démerde-toi!

Répondre
  antoine75120  |  8

@Kilimandjaro : mais il n'y pas de débat en fait. La loi définit les rôles et le pharmacien est désigné comme le spécialiste des médicaments (que ce soit sur le plan légal ou sur le plan des compétences). Après vous avez le droit d'avoir un avis différent de la réalité. Par exemple, un médecin généraliste est compétent en gynécologie (un généraliste qui ne sait pas prescrire une pilule a un sérieux problème), mais le meilleurs dans le domaine, c'est le gynécologue. Pour ce qui est de l'adaptation des doses, c'est pareil : un médecin est compétent mais le spécialiste reste le pharmacien. Et sinon effectivement, il arrive régulièrement qu'on voit des prescription avec marqué : "médicament X, posologie et temps de traitement à déterminer par le pharmacien". Et franchement c'est pas bête, plutôt que de prescrire une mauvaise posologie que le pharmacien devra corriger sous les yeux du patient, certains médecins laissent directement le pharmacien donner la bonne dose.

Répondre
  Kinkai88  |  20

#144 hello Kilimenjaro le pharma aurait pu savoir qu'il y avait une erreur de posologie... parce que la plupart du temps tu ne passes pas de 25 mg à 125mg d un coup mais par palier... et si je pense au médoc qui commence par L et qui finit par X que tu prends pour ta thyroïde... dans ce cas ci les paliers se font par 12.5 mg ou 25 mg. .. antoine75120 évidemment que c'est mieux pour un patient de rester dans la même pharmacie... mais il peut aussi créer son dossier pharmaceutique pour pouvoir aller ailleurs et faire une délivrance en toute sécurité :) si ces commentaires ont déjà été publiés pardon je ne voulais pas faire doublon ^^ Joyeux Noël à tous :)

Répondre
  Kilimandjaro  |  51

#156 : Je n'ai jamais eu de pharmacien qui a vérifié mon ordonnance en appelant le médecin, hormis cette fois-ci où j'ai tilté sur le problème de dosage. Alors apparemment, je ne tombe que sur des pharmaciens qui ne font pas leur boulot ;) Sinon, je suis tout à fait d'accord que si le médecin ne connaît pas le bon dosage, il devrait mettre clairement "x". #161 : Je le prenais en complément du N ** E avec lequel je réagissais beaucoup beaucoup trop, et les paliers se faisaient par 50 ou 75, si mes souvenirs sont bons. Joyeux Noël!

Chargement…