47
Par unebruxelloise / vendredi 30 septembre 2016 11:19 / Belgique
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  lebonbonhomme  |  29

Trop de votes négatifs, commentaire masqué. Voir le commentaire

Répondre
  Pikalusion  |  30

Ah non la femme n'est pas avantagée, rien ne dit qu'elle a été embauchée et si c'est le cas ça doit pas faire plaisir de savoir qu'on est pas forcément bon et qu'on est là pour le plaisir des yeux du patron... (Et si, c'est une fille, y'a le petit signe à côté du pseudo :p)

Répondre
  Duriel  |  36

On peut pas appeler ça du sexisme à proprement parler, c'est juste - façon de parler - un manque de respect par conséquence. Si le patron avait préféré les hommes, vous auriez appelé ça comment ? Du harcèlement ? Ben là c'est pareil. Dire que les femmes sont bonnes à rien à part faire le ménage, si c'est pas une mauvaise blague, ça c'est du sexisme. Dire qu'une femme en particulier a un cul digne d'intérêt c'est un manque de respect mais pas du sexisme à proprement parler. Il ne faut pas tout confondre. Après je vois ça comme ça, pour moi si ça concerne une femme c'est un manque de respect, si ça concerne les femmes, c'est du sexisme. Vous allez me dire qu'il doit avoir ce comportement avec toutes les femmes parce que c'est un connard qui croit que tout lui est dû, et qu'il est sexiste de façon générale. Oui, mais ce que je réponds, c'est qu'il y a fort à parier que justement ce soit de son comportement sexiste général et habituel envers la gent féminine que découle son manque de respect présent envers cette femme en particulier. De la même façon que s'il avait préféré les hommes, le harcèlement envers un homme aurait sûrement découlé d'un certain complexe de supériorité qui le pousse à croire que tout le monde doit lui sucer la bite. Ce qui n'est pas exempt d'être le cas là non plus, au passage. Ce sont des réflexions que je vois comme telles, si vous pensez différemment ou si vous voulez appeler une définition du Larousse à la rescousse, allez-y. On aura de quoi discuter, mais pas en commentaire.

Par  objectiflune  |  36

Je trouve étrange cependant de mettre un jean suffisamment moulant au point qu'on le remarque, un jour d'entretien d'embauche, où l'on n'est pas là pour mettre son physique "en avant" surtout ce jour-là. Maintenant si le recruteur est un saute-au-paf, là par contre on ne peut pas faire grand chose... Je m'abstiendrai cependant de juger sous peine de me faire empeller.

Répondre
  9876  |  20

Selon le poste pour lequel on postule, c'est pas forcément choquant de se pointer en jean slim.. Surtout que le jean slim est à la mode, on le met comme on mettrait n'importe quel pantalon sans avoir l'impression qu'il est plus provoquant qu'un autre!

Répondre
  DBShinigami  |  16

Même si vos propos reste modéré, je ne peux m'empêcher de voir ici un cas typique de "victim blaming" qui consiste à chercher la faute dans le comportement de la "victime" et non celui de "l'agresseur." Tout d'abord, je ne crois pas avoir entendu qu'il ne fallait pas mettre son physique en "avant" dans un entretien. C'est un choix personnel :) A la personne d'assumer son choix. Ensuite, perso, je n'ai jamais entendu parler de "jean super moulant de la mort". Mais, même si c'était le cas, ça ne change rien au fait que son potentiel futur employeur semble plus intéressé par la harceler (sexuellement) que par ses compétences. Vous êtes donc entrain de juger une personne qui a mis un jean (elle s'habille comme elle le veut, non ?) pour aller à un entretien d'embauche tandis que de l'autre côté, le Monsieur avait probablement organisé cette rencontre juste pour pouvoir harcelé en toute tranquillité une pauvre dame qui ne cherche qu'à travailler... Je vous pose la question : Mettre un jean (ou même une mini-jupe) justifie-t-il d'harceler quelqu'un et de lui faire des allusions sur son physique en profitant du contexte professionnel et de la position de faiblesse de quelqu'un ?

Répondre
  objectiflune  |  36

Comme précisé plus haut je ne juge pas, ni ne cautionne ou blâme un choix vestimentaire. Et comme précisé "bis", il suffit que le recruteur soit un tant soit peu obsédé par la question que quoi que l'on mette, il prendra cela comme une invitation (ce que je ne cautionne pas)

Répondre
  DBShinigami  |  16

D'accord. J'ai peut-être un peu trop lu dans votre message. Le "Je trouve étrange" soulève néanmoins un certain jugement :) Je pense que c'est notamment ça qui explique les "pouces négatifs".

Répondre
  _Vianne_  |  27

Après les jupes de fille de joie, les jupes de terroriste, les baggy de lesbienne, les joggings de négligée et maintenant les jeans d'allumeuse, je me demande bien ce qu'on va pouvoir porter tranquille sans jugement

Par  Sisi_chan  |  23

C'est terrible cette habitude qu'on certains patrons (et employés) de préférer le physique aux compétences. Apparemment, ici le patron voulait surtout se rincer l’œil en toute impunité voire aller plus loin. Je ne sais pas si ça vaut le coup de bosser dans une entreprise pareille °°

Répondre
  DBShinigami  |  16

Perso, j'avais compris qu'il y avait eu l'entretien (rencontre dans l'entreprise) puis qu'il l'a harcelé ensuite par téléphone. L'interprétation qu'il l'ait direct appelé pour commenter le "jean" est possible, mais, effectivement bizarre d'avoir une photo de profil qui montre un "jean". Plus, le fait de commenter ça au téléphone, n'inspire pas trop confiance et la personne pourrait annuler son entretien :)

Répondre
  Saone  |  25

Perso, j'avais compris ça: l'auteur a mis un jean le jour où elle a déposé le CV, parfois on le laisse à l'accueil, parfois on peut le donner directement au patron. Ce fut le cas ici, et il a eu l'occasion de lui observer les fesses quand elle est partie. Pas forcément d'entretien en jean ou photo d'elle en jean sur son CV ^^'

Chargement…