24
Par madlau - / jeudi 8 mars 2018 12:30 / France - Nice
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Lady-S  |  18

Apprendre ça à seulement 20 ans c'est grave, surtout avec la VOST qui devient de plus en plus accessible à la télévision et même dans certains cinémas ...

Comments
Par  Lady-S  |  18

Apprendre ça à seulement 20 ans c'est grave, surtout avec la VOST qui devient de plus en plus accessible à la télévision et même dans certains cinémas ...

Par  Brame51  |  25

c'est du lourd. Elle sait comment on fait les bébés ? lolilol. 😉

Par  Akanehime  |  26

Rigolez pas, dans les débuts du cinéma parlant ça se faisait beaucoup, jusqu'à ce qu'ils se rendent compte que c'était nettement plus simple de créer le doublage...

Répondre
  gazeleau  |  23

Nos ancêtres n'étaient pas plus cons que nous. C'était surtout une question technique, donc je reformule la fin de ta remarque:

... jusqu'à ce qu'ils inventent le mixage d'une bande son en post-production. Oui car au début du cinéma parlant, la bande son était enregistrée en une seule fois, avec donc des bruitages en temps réel.

Par  Tardian  |  74

Il existe cependant de rares cas où le doublage dans une autre langue est quand-même effectué par l'acteur ou l'actrice original•e. La raison en est généralement que l'artiste est multilingue, mais il y a des cas particuliers, par exemple lorsque le texte est suffisamment simple et/ou court pour être interprété en apprenant par cœur une version phonétique (ie. sans connaître les mots dans la langue doublée). C'est notamment le cas de Groot dans "Les Gardiens de la Galaxie", puisque le personnage s'exprime toujours avec la même phrase : outre la VO anglophone, Vin Diesel a donc également assuré les doublages en mandarin, français, espagnol, portugais, et russe. Je me demande s'il a reçu autant de salaires que de doublages… :D

Par  latourkipenche  |  15

Ben en fait ça c'est fait, et dans certaines productions internationales ça c'est fait jusque dans les années 60
plus de précisions :
http://journals.openedition.org/map/1490
un extrait de l'article : «...Ce filmage de plusieurs versions d’un même film, avec différents acteurs parlant différentes langues, s’est développé dans les années 1930. Le rejet des films en anglais, lors de la généralisation du parlant, croisé avec un anti-américanisme politique et économique explique ce type de production. La Paramount a installé des studios à Paris pour tourner les versions européennes de ses films. Mais les films qui ont eu le plus de succès sont les versions multiples intra-européennes. Les studios berlinois de Neubabelsberg résonnent des flonflons de ces opérettes filmées et autres comédies policières. De nombreux grands acteurs, cinéastes ou scénaristes ont été formés grâce aux versions multiples(Pagnol, Gabin, Fernandel, Annabella). Ce type de production s’arrête pendant la guerre. Notre article poursuit la recherche de films multilingues dans les années 1950 et 1960. Les co-productions européennes favorisent le retour de ces films. Un des acteurs change en fonction de sa notoriété dans son pays. Ces nouvelles versions multiples mélangent le doublage et les tournages de scènes supplémentaires avec un acteur différent. Jusqu’à la fin des années 1960 on trouve encore ces productions, aussi bien chez Jacques Deray, Jacques Demy que chez Orson Welles.»

Similaires
Chargement…