23

Aujourd'hui, j'ai appris que mon boss avait des budgets spéciaux pour engager des traducteurs mais qu'il préfère me les confier car ça lui coûte moins cher. Évidemment, je ne suis pas payé en supplément. VDM

Par Anonyme - / jeudi 8 juin 2017 13:24 / Belgium
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Commentaires
Répondre
  dalmia  |  30

Souris67, je ne sais pas si tu bosses ou si tu es étudiante, mais refuser une tâche qu'un supérieur nous donne, à moins de ne pas du tout savoir comment s'y prendre (ça n'est manifestement pas le cas ici), c'est délicat. Même avec une excellente relation avec mon ancienne chef, je ne me serais pas permis de dire non à une tâche demandée. J'imagine qu'il y a des caractères bien plus trempés que le mien, mais ce n'est pas comme ça que tu te fais bien voir sur ton lieu de travail.

Répondre
  MadameDodue  |  40

Même avant la loi travail, Emeli; beaucoup d'entreprises n'ont pas de pointeuse et c'est à toi d'organiser ton temps de travail, mais en général tu finis souvent à la bourre et jamais en avance ^^ Les cadres ne sont pas vraiment payés à l'heure non-plus, en revanche dans leur cas les primes compensent souvent les heures supplémentaires.

Répondre
  surealiste  |  19

Depuis presque toujours ma p'tite Souris, dans un monde de travail idéal ça ne devrait pas exister mais c'est comme ça à tous les niveaux. La caissière de grande surface son travail est compté jusqu'à la fermeture du magasin mais les min pour elle faire sa caisse, tout rapporter à l'endroit ad hoc et passer par son vestiaire, tout ça la fait terminer 1/2 h voir 3/4 h plus tard et c'est comme ça. L'employé qui part à 15 min plus tard parce que son scanner à merdouiller c'est pour sa pomme et c'est comme ça presque tout les jours.

Par  pasmafot13  |  24

Si ton poste implique de la polyvalence et que ca rentre dans ton temps de travail, je ne vois pas le problème pour toi. Après, pour le patron, pour s'assurer d'une trad' de qualité....

Par  Lexeievna  |  34

Merci à ce genre de boulets qui pensent que la traduction n'est pas un métier à part. Je finirai probablement à la rue grâce à ton patron entre autres et tu te fais enquiquiner parce que tu dois faire une chose pour laquelle tu n'as pas la formation (et du coup, pour laquelle tu risques se commettre des erreurs et te faire sermonner en conséquence, n'est-ce pas génial ?). Grosse VDM à nous deux, tiens.

Répondre
  Emeli  |  30

Je suis d'accord. On ne s'improvise pas traducteur et une mauvaise traduction décrédibilise l'image de marque de l'entreprise. Ils ont plus à perdre qu'à y gagner à faire ce genre d'économie de bouts de ficelle.

Répondre
  ayumi18  |  39

Entièrement d'accord, il y a un manque de considération criant pour le métier de traducteur, les gens considèrent qu'il suffit d'être natif d'une langue pour pouvoir traduire dans celle-ci. "Tu comprends l'anglais non ? Bah j'ai un texte sur l'élevage des moutons dans le Caucase à te faire traduire en français, c'est ta langue maternelle, ça sera facile et vite fait pour toi". Alors que les traducteurs sont formés pour ça, une entreprise sérieuse (heureusement, il y en a encore) ne fait pas appel à un amateur, sauf si elle veut perdre sa crédibilité. Ou encore pire, quand on te demande de traduire vers une langue étrangère "Comment ça tu ne peux pas traduire ce texte vers l'allemand ? Tu le parles parfaitement pourtant, je comprends pas..." Rien que d'y penser, ça me hérisse le poil.

Répondre
  Anne__Claire  |  20

Il y a traduction et traduction, pour un roman ou même un dossier complexe évidement qu'il faut un traducteur avec une vrai formation mais si il s'agit de quelques courriers clients je ne vois pas trop le problème. On ne sait pas ni la taille de l'entreprise ni le contenu des documents à traduire. Si c'est une TPE avec quelques commandes en langues étrangères, même si le patron a prévu un budget traducteurs c'est certain que ça l'intéresse de l'investir dans autre chose. Après si c'est une grosse boite et que le patron préfère ce le mettre dans la poche c'est un autre problème!

Répondre
  Lexeievna  |  34

Plusieurs raisons me laissent penser qu'il ne s'agit pas de "simples courriers"... ;) 1. L'entreprise a un budget alloué à la traduction : c'est surtout présent pour les grosses boîtes, les multinationales et les boîtes qui sont assez développées pour avoir une clientèle étrangère. Et à noter que même parmi elles, il est fréquent de voir que l'étape de la traduction a été "oubliée" et elles viennent alors demander du travail volontaire à des étudiants ou professionnels en disant que cela "rendra bien sur le CV". 2. S'il y a un budget alloué, c'est que la boîte prévoit de nombreuses traductions. Et si la boîte prévoit de nombreuses traductions, c'est qu'il y a une clientèle étrangère ou des échanges contractuels de manière assez fréquente. Dans ce cas, il ne s'agit pas de simples courriers, mais il peut y avoir des contrats, des factures, des devis, etc. Du travail qui demande donc un certain professionnalisme dans le domaine. 3. Enfin, mais cela reste de l'hypothèse en me basant sur ce que j'ai dis précédemment, je doute que ça soit des échanges "en sens unique". Si un client envoie un devis dans une autre langue, la boîte va probablement lui répondre dans cette même langue : le besoin est donc de traduire vers cette langue mais aussi depuis cette langue. Et pour cela, un traducteur français ne suffit même pas : un traducteur qui dans la majorité des cas refuse de traduire vers une autre langue que sa langue maternelle, c'est généralement gage de qualité. Car même en étant bilingue, il y a toujours des nuances et des aspects que l'on ne "traduit" pas. Traduire vers une langue qui n'est pas sa langue maternelle, c'est prendre le risque que le document final comporte des erreurs ou sente la traduction. Donc non seulement un traducteur parfaitement bilingue aurait du mal à le faire, mais alors que dire d'un employé qui n'a pas été formé pour ça... Je ne jette pas la pierre à ceux qui traduisent des mails reçus en anglais, mais ça ne me semble pas le cas ici. :)

Répondre
  surealiste  |  19

En Belgique on a des examens de bilinguisme via le Selor, pour tout les niveaux d'études, ensuite nous sommes un pays trilingues, ce qu'il veut dire que tu peux avoir quelqu'un de néerlandophone qui travaille du côté francophone, il servira de traducteur puisque c'est sa langue maternelle et on a aussi les gens qui sont bilingue maternerl (si je peux dire) durant toute leur vie ils parlaient français à la maison et allait à l'école en néerlandais ou alors un parent d'une langue l'autre de l'autre, c'est très fréquent ici. Les traducteurs ont plus une utilité (bien que ça ne soit pas le bon mot) dans la traduction de documents officiels ou dans des livres. Et cela même pour de grandes entreprises. Pour ce qui est de l'état on engage dans les deux langues et de nouveau on retombe sur l'examen linguistique cité plus haut.

Par  Jackofallfails  |  1

La prochaine fois profites en pour lui demander une légère augmentation. Tant que ca reste moins cher que de payer un traducteur ca devrait passer et c'est tout bénef pour tout le monde. Bon par contre j'insiste sur "légère".

Chargement…