198
Par InDoGa - / mercredi 19 novembre 2014 16:01 / France - Br?lain
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Soda  |  71

Bravo l'Autiste ... euh l'Artiste !

Par  justineb57  |  21

Faut croire que ce prof est comme le H de Hawaï, il sert à rien.

Commentaires
Par  Soda  |  71

Bravo l'Autiste ... euh l'Artiste !

Répondre
  TheCommentator  |  41

J'avais lu "artiste" au lieu d'"autiste" au début dans la VDM ^^

Par  mupsi  |  33

Balance-lui l'ordi en pleine tronche !

Répondre
  MoulesFriiites  |  21

Pas la peine, il a dit "comme un autiste" elle n'a donc pas à se sentir visé.

Répondre
  vorrm  |  19

Tout à fait on peut rigoler mais pas avec du matos informatique

Par  MPdv  |  18

En attendant t'as le mérite de te dire que t'es arrivée loin sans les études. Le reste ça compte pas !

Répondre
  katha  |  53

ouais enfin autiste ne signifie pas teu-bé! l'un n'a aucun rapport avec l'autre!

Répondre
  MPdv  |  18

ne déforme pas ce que j'ai dit . beaucoup de personnes (et j'en fais partie) n'ont pas les capacités ou la motivation d'arriver en école d'ingénieur alors qu'elle, y arrive parfaitement bien meme si elle souffre d'autisme . mon commentaire n'était pas péjoratif bien au contraire.

Répondre

Oui, Josef Schovanec est autiste Asperger, il est chercheur en philosophie, a écrit de supers bouquins, parle plus de 7 langues... Si il y a une personne avec qui je voudrais déjeuner, ça serait lui! Un vrai puits de savoir! Et c'est le plus connu, mais il y a énormément d'autistes très talentueux

Répondre
  Zepnir  |  21

Et surtout, je doute que le système scolaire soit vraiment adapté pour permettre à ces personnes de s'intégrer. Enfin je dis ça, j'n'en connais pas, donc je me plante peut-être !

Répondre
  bidute  |  36

Daniel Tamett est Synesthéte: la Synesthésie est un phénomène mental qui fait que les gens qui ont cette particularité voient les concepts, tels les chiffres en des couleurs différentes, ou des textures, chaque chiffre peut même avoir une personnalité. Ils ont également ce phénomène avec les jours de la semaine, les mois... tout ce qui est conceptuel plus que réel, matériel; ce qui leur permet une représentation temporelle très spéciale. C'est difficile à décrire - surtout quand on n'a pas cette particularité, mais vivre avec une personne l'ayant est assez marrant parfois. ça ne se ressent pas au quotidien, le synesthéte imaginant souvent que cette façon de voir les concepts est tout à fait normale. Je trouve ce phénomène fascinant :)

Répondre
  bidute  |  36

Il y a un chercheur à Toulouse (ou ailleurs dans le sud je ne suis plus sûre) qui travaille sur ce phénomène, il a peut-être un simulateur pour les non-synesthétes ? :P

Répondre
  bloodyan  |  16

Je suis synesthète, si ça peut intéresser quelqu'un. Faut juste savoir que chaque personne synesthète possède généralement une synesthésie différente... Et la mienne n'est pas avec les chiffres, mais avec les couleurs/sensations. On me prend parfois pour une folle, donc je sais pas trop ce qui est mieux entre les deux, bête ou tarée. ^~^ Bon courage pour la suite avec ce prof !

Répondre
  YJD68  |  23

J'ai vu aussi une émission sur Daniel c'est super impressionnant :) C'est là où il rencontre Kim Peek l'autiste le plus "puissant" tout ça montre à quem point chaque cerveau fonctionne différemment ^^

Répondre

#131 et en plus t'es loin d'être moche !

Répondre
  Octocolombus  |  16

Je crains que tu ne fasses allusion à un stéréotype déplorable sur les personnes atteintes du syndrome de Down (trisomie 21), en fait. Rien à voir avec l'autisme. Et, pitié, sortons de ces réflexes stigmatisants. Bien sûr qu'elle peut être belle, tout comme pourrait l'être un trisomique. M'enfin, pourquoi pas ? ...

Répondre
  Snip69  |  45

C'est de loin un des débats les plus intéressants que j'ai lus sur VDM. Même sans être autiste, le système éducatif français n'est généralement pas adapté aux personnes ayant des manières différentes de raisonner. Et se prendre de mauvaises notes parce que tu n'as pas su justifier quelque chose qui te semble aussi simple qu'une addition, ça ne fait pas plaisir.

Répondre
  TonioFFM  |  45

En tout cas bravo Misstiik, car tu as l'air effectivement d'en avoir plus bavé que moi et je compatis pour le travail de groupe, pas évident de t'adapter quand tu ne comprends pas comment raisonnent les autres... un vrai calvaire! et dans mes études, ça continue et c'est vraiment pénible même si je travaille avec des gens agréables.

Répondre

#160 ne t'emballes pas je fais juste allusion au fait qu'elle soit belle, bien qu'elle se la pète un peu, mais elle a des circonstances atténuantes :)

Répondre

C'est vrai que ce débat est vachement intéressant ! Et je suis également d'accord sur le système éducatif français qui laisse franchement à désirer ... Ainsi que certains profs pas du tout pédagogues ... Parfois à la limite du lamentable. S'amuser à noter les gens entre 0 et 20 en les cataloguant de " merde " lorsqu'ils n'atteignent pas un certain niveau ( niveau de quoi, je me l'demande ... ) jugé satisfaisant, c'est complètement ridicule et ça a de quoi parfois décourager les gens ... Mais bon que pouvons-nous y faire ^_^

Répondre

Le cas d'une de mes connaissances : très récemment auto-diagnostiqué à 30ans, 10-15 ans plus tôt le lycée n'était pas très fun pour lui. Les parents sont régulièrement convoqués avec des reproches du type "il ne s'intègre pas très bien avec ses camarades..." "on le fait pas redoubler pour cette fois ci vu qu'il a la moyenne, mais à cause de son comportement réservé il va dans le mur". "Le lycée c'est pas juste les notes, on forme des élèves qui doivent bien savoir s'intégrer avec les autres, sinon il a aucun avenir dans le monde du travail". Du genre c'est forcément sa faute vu que "c'est le seul dans sa classe à avoir ce problème, il a qu'a faire des efforts"... L'envers du décors c'était des moqueries permanentes à ses dépends, voir de très mauvaises blagues qu'il serait indécent de détailler ici. Il ne risquait pas de se rebeller contre l'intolérance ou remettre ceux qui l'auraient mérité à leur place. Car il ne comprenait pas l'origine du problème, et était encore très loin de pouvoir comprendre le type d'interaction social par lequel il devait passer pour remettre les autres à leur place, à son age. Et de toute façon il ne demandait qu'une chose dans cette situation : qu'on le laisse tranquille. Alors en se constituant un "bouclier d'indifférence" il a survécu à ça. Si adulte faisait subir à un autre adulte ne serait-ce que 1% de ce que subit au quotidien un enfant asperger dans son environnement éducatif, le pénétrateur irait directement en prison pour harcèlement moral... Une fois le lycée derrière lui, sans aucun "super-pouvoir" (il n'est pas surdoué), il est devenu un spécialiste compétant dans sa thématique. S'est fait recruté par une entreprise réputée et ça se passe bien. On confond souvent l'origine de sa démarche juste avec celle d'un geek de l’extrême mais c'est pas du tout stigmatisant comparé à l'étiquette "autiste". Et puis il a souvent l'occasion de rendre service a ses collègues, sans le métamorphoser en grand socialisateur cela permet d'établir un contact positif.

Répondre
  ckomcalavie  |  9

Debat très interessant effectivement! En 6eme j'ai eu autiste dans ma classe. Il est était pas aspeger, mais il avait bcp de mal à s'intégrer. Il subissait des moqueries evidemment mais ça n'allait jamais plus loin a l'interieur du college. Et puis il avait toujours son casque et la musique à fond aux pauses, du coup il entendait pas les idioties de ceux qui n'acceptent pas les différences. par contre, l'avantage d'un tout petit college, les profs s'adaptaient, il avait pas a faire les travaux en groupes si il n'en avait pas envie, et bénéficiait d'une AVS. je ne sais pas comment il a vécu sa scolarité mais c'était un gars vraiment gentil qui souriait sans arrêt! :-)

Répondre
  MlleMC  |  26

Je ne connais pas assez le système français pour faire une comparaison complète, mais je ne pense pas que le système scolaire québécois ne soit beaucoup plus adapté aux besoins des élèves "différents". Je n'ai appris que j'étais autiste que durant ma dernière année d'université, alors je n'ai pas eu droit à des services supplémentaires ou quoi que ce soit du genre. Alors j'ai subi bien des moqueries : parce que je ne parlais pas beaucoup, parce que j'avais des bonnes notes, parce que je préférais des vêtements confortables à des vêtements à la mode, parce que j'étais "bizarre", et probablement pour bien des raisons que je ne connaîtrai jamais... Je n'ai jamais su comment prendre des notes en classe (surtout sans arrêter d'écouter), alors j'ai dû tout mémoriser. J'avais quelques amis, mais je ne savais pas comment cultiver ces amitiés, alors je ne les voyais qu'en classe. Et les travaux d'équipes... Ce que je détestais plus que tout, c'était de devoir trouver un partenaire. Il me semblait que les équipes se formaient toutes avant que j'aie le temps de faire quoi que ce soit. Et ensuite, je n'osais pas trop intervenir dans le travail parce que j'avais l'impression de ne pas être à la hauteur et que j'avais peur de ne pas avoir bien compris les consignes et de faire des erreurs qui allaient donner une mauvaise note à mon équipe, même si je savais fort bien que j'avais habituellement de meilleures notes qu'eux et que ce serait plutôt le contraire. Aujourd'hui, je travaille principalement seule, mais parfois un peu en équipe, et je suis plutôt heureuse de ce travail, même si j'ai encore parfois l'impression de ne pas être à la hauteur.

Répondre
  MlleMC  |  26

Pour moi les études par correspondance, c'était trop difficile. J'ai fait trois cours à distance. J'ai réussi les deux premiers parce que mes parents étaient là pour s'assurer que je faisais bien mon travail. Mais lorsque j'ai fait (ou plutôt essayé) le troisième, j'habitais seule et je n'étais pas capable de m'organiser, alors j'ai pris du retard et oublié de remettre certains travaux... et je l'ai bien évidemment échoué.

Par  justineb57  |  21

Faut croire que ce prof est comme le H de Hawaï, il sert à rien.

Répondre

Qu'il ne le sache ou pas, ça ne se dit pas, surtout quand on ne connait pas personellement la personne à qui on parle. Mon frère est autiste et si un de mes profs m'avait dit un truc comme ça, il se serait fait rembarré en bonne et due forme.

Répondre
  Neige19  |  17

Ouf, tu me rassures, j'ai cru que j'étais la seule à me dire "Oui, enfin, s'il ne sait pas, il a dit ça sans méchanceté, c'est bête, c'est tout." S'il sait, je reconnais que c'est super déplacé. Et dans tous les cas, VDM validée.

Répondre
  Dolydol  |  39

#45: ça me rappelle le film Paranoïak où le protagoniste a perdu son père et y est encore sensible. Le prof, agacé que ce dernier n'ait pas appris sa leçon pour la énième fois malgré les circonstances, s'approche de l'élève et termine d'un air suffisant par une truc du genre: - qu'aurait pensé votre père? "bien sûr" le jeune homme pète un câble en lui défonçant la g***, pardon la tête. Bref, que prof de la VDM le sache ou pas c'est de la provoc', une espèce de troll. Et le respect dans tout ça? Je suis sûre qu'il n'aurait pas toléré qu'on lui dise un truc du genre: "ta mère est moche" (ou quoi que ce soit qui commence par "ta mère" d'ailleurs)

Répondre
  Dolydol  |  39

#6: "fort" tu l'as dit. Ils ont (comme certaines personnes gravement malades dont les jours peuvent être comptés) cette sorte de volonté / rage de vivre que nous individus lambda n'avons pas forcément. On dirait qu'ils n'ont pas autant de limites que nous dans leur tête quant à leur projet. Pourtant la société leur en fixe, ne serait-ce que par les préjugés et a priori. Nous au contraire, qui sommes dit "normaux", nous nous limitons, souvent par peur de l'inconnu ou se s'assumer tel que l'on est réellement.

Répondre
  Patapif  |  31

Faut arrêter de croire que parce que quelqu'un a morflé, il a forcement plus de volonté que les lambda. La rage de vivre n'est pas due aux épreuves qu'on a subit, elle est vient du caractère, c'est tout. De façon générale, les gens qui souffre préfèrent s'imaginer que ca leur a apporté quelque chose, et quand tu vois un proche souffrir, ca te rassure de penser que ce n'est pas en vain. Mais t'as des autistes qui ont baissé les bras, comme n'importe qui, et des 'normaux' qui ont la niak. Supprimons le mythe de l'orphelin/petit cancereux/autiste/... survivant à l'adversitée et donc plus fort que les gens dans les normes. Ce serait bien trop facile et on est pas a Hollywood : il suffit pas surmonter un obstacle pour les affronter tous (et emballer le BG a la fin, accessoirement ^^)

Par  Taiwhite  |  27

Belle comparaison...

Répondre
  bizoubaveux  |  26

En général on lèche le cul des gens qui peuvent nous apporter quelque chose ! Comme je ne connais pas cette personne, je ne me sens pas dans le besoin de lui lécher le cul ! J'espère t'avoir appris quelque chose aujourd'hui !

Chargement…