66
Par labours roulais / jeudi 8 septembre 2016 20:47 / France - Annecy
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  MissPoppynou  |  28

Aah je ne suis pas la seule à avoir eu des instructions de m**! Ma directrice (je suis en maison de retraite) nous a dit que si il y avait une attaque il fallait soit qu'on ce regroupe tous au salon (le salon est pile en face de l'entrée, donc en gros ; ils rentrent et n'ont plus qu'à nous cueillir!) soit que l'on ce cache sous une table, comme si on ne nous voit pas sous la table! Et pis je me vois mal essayer de faire rentré un de mes petits vieux sous la table! Bref tous ça pour dire que entre les instructions et la pratique il risque d'y avoir un fossé de 32 km.. ^^

Commentaires
Répondre
  Kaa04  |  42

Et dis-toi en plus que cett"décision" a certainement été prise lors d'une réunion au siège de l'enseigne. Réunion qui a certainement duré fort longtemps, mobilisant de nombreux cadres dirigeants de la boîte et que tous ces aimables supérieurs payés pour penser pour leur personnel ont dû tomber d'accord sur cette honteuse procédure... Ce serait bien que l'auteur vienne nous donner quelques précisions nottamment le nom de l'enseigne histoire de ne plus aller chez des blaireaux pareil.

Répondre
  Cranibalette  |  21

Mmm en fait je ne vois pas vraiment d'où ca peut venir. S'il y a une attaque, même le client va se barrer en courant (en tous cas perso j'abandonne mon sac de patate ou mon paquet de cotons tiges... c'est vachement important l'hygiène des oreilles mais bon quand même...). J'ai du mal à comprendre que même des responsables ait pensé à ça. Surtout les décideurs qui se retrouveraient avec des procès au moins à 6 chiffres pour avoir forcé à encaisser un paquet de lessive. Même sion réfléchit en termes de rentabilité plutôt qu'humain ca n'est pas intéressant donc je ne comprends pas...

Répondre
  phil_denfer  |  38

Il est fort probable qu'on observe des cas de panique sans attentat, et là clairement si les caissiers et les vigiles fuient au lieu d'appliquer les consignes en cas de panique (qui ne correspondent normalement pas à ce qui est décrit là), on risque d'avoir une bonne fuite au rayon des smartphones en faisant l'inventaire après la panique. Mais dans ces consignes, la priorité est la sécurité de toutes les personnes.

Par  MissPoppynou  |  28

Aah je ne suis pas la seule à avoir eu des instructions de m**! Ma directrice (je suis en maison de retraite) nous a dit que si il y avait une attaque il fallait soit qu'on ce regroupe tous au salon (le salon est pile en face de l'entrée, donc en gros ; ils rentrent et n'ont plus qu'à nous cueillir!) soit que l'on ce cache sous une table, comme si on ne nous voit pas sous la table! Et pis je me vois mal essayer de faire rentré un de mes petits vieux sous la table! Bref tous ça pour dire que entre les instructions et la pratique il risque d'y avoir un fossé de 32 km.. ^^

Répondre
  vlb  |  35

normalement, en cas de tueries, c'est "run, hide, fight": s'échapper en priorité, se cacher (et se barricader) si on ne peut pas, se battre en dernier recours ce sont les conseils donnés aux USA où ils sont plutôt habitués aux tueries, là-bas

Répondre
  Ptitefio67  |  21

#4 Pareil de mon côté... Je travaille dans une célèbre enseigne qui vends des téléphones et des ordinateurs, dans laquelle nous avons des tables disposées partout dans le magasin ! Donc se cacher en dessous, je ne comprends pas trop le concept :-//

Répondre
  Kaa04  |  42

Je vois déjà le papier dans le journal: "Licenciée pour avoir fui face aux terroristes. Alors que des terroristes pénétraient dans le magasin situé dans la zone commerciale Achille Zavatta, la jeune femme abandonne sa caisse alors que son client n'avait qu'un pot de peinture à payer. Le pauvre homme n'a pas pu terminer sa salle de bain et ses travaux ont pris du retard. La caissière a été licenciée sur le champs par son directeur qui, n'écoutant que son courage, a bravé les tirs de kalachnikov pour lui remettre son solde de tout compte. Il décèdera quelques instant plus tard avec la satisfaction du devoir accompli."

Chargement…